Rayon frais

Top 10

par @FrancoisChe

Le club des losers absolus dans les comédies américaines

Le club des losers absolus dans les comédies américaines

Avec leur nouveau film, Inside Llewyn Davis, les frères Coen confirment que la lose est leur sujet de prédilection au cinéma.
Un sous-genre qu'ils ont tout simplement réinventé avec The Big Lebowski. Une source d'inspiration immuable pour les rois de la comédie américaine, de Judd Apatow jusqu'aux frères Farrelly.

« Let me explain something to you... I'm not Mister Lebowski, i'm the dude ». Par cette réplique mythique, Jeff Bridges inscrit le dude (prononcez le dioude) dans la légende. Personnage absolument culte, à l'accoutrement discutable (pantalon de pyjama, sandalettes de plage, robe de chambre, gilets en laine...) et dont l'éloge de la flemme a inspiré des générations de paresseux. Un sans fautes pour les frères Coen.


Profitons-en pour dévoiler notre top des beautiful loser dans les comédies américaines, depuis la fin des années 90.

● Steve Carell dans The 40-year-old virgin, réalisé par Judd Apatow

● Woody Harrelson, dans Kingpin, réalisé par Bobby et Peter Farrelly

● Jonah Hill dans Superbad (Supergrave), réalisé par Greg Mottola

● Will Ferrell, dans Semi-Pro, réalisé par Kent Alterman

● John Cusack dans High Fidelity, réalisé par Stephen Frears

● Ben Stiller dans There's something about Mary (Mary à tout prix), réalisé par Bobby et Peter Farrelly

● Jim Carrey dans Dumb & Dumber, réalisé par Bobby et Peter Farrelly

● Steve Buscemi dans Fargo, réalisé par Joen et Ethan Coen

● Michael Rapaport dans Special, réalisé par Jeremy Passmore

Suivre @FrancoisChe sur Twitter