Rayon frais

Photo

par @FrancoisChe

Photo de Légende : N.W.A. et EPMD dans l'objectif de Janette Beckman

Photo de Légende : N.W.A. et EPMD dans l'objectif de Janette Beckman

Janette Beckman a démarré sa carrière en photographiant la scène punk anglaise dans les années 1970. Elle travaillera notamment pour le magazine musical anglais Melody Maker. Après son départ pour les USA au début des eighties, elle capte toute l'énergie créative de la scène hip-hop de l'époque, de New-York à LA.
Nous l'avions rencontré à l'occasion de son expo pour Back in the Days, en 2012. Retour sur deux sessions mythiques.

Comment avez-vous convaincu N.W.A. de poser devant une voiture de police ?
J'ai pris cette photo à côté de leur studio d'enregistrement, à Torrance, dans la banlieue de Los Angeles. Ils n'avaient pas beaucoup de temps car ils enregistraient leur album. Nous avions d'abord fait une série dans une ruelle derrière le studio quand j'ai repéré cette voiture. J'ai simplement demandé aux flics si je pouvais shooter sur le capot. A l'évidence, ils ne connaissaient pas N.W.A. Tout cela est arrivé si vite, ce n'était absolument pas calculé.

Quelle fut la réaction d'Eazy E et Dre ?
Ils étaient peut-être un peu nerveux, mais ils ont plutôt bien réagi. Il a fallu moins d'une minute pour prendre la photo. Après la session, Eazy E m'a proposé de rapper sur l'un de leurs morceaux car ils aimaient mon accent britannique. Je les ai accompagnés en studio et ils m'ont donné leur texte. Il était question d'expliquer comment exécuter une fellation parfaite. Je ne me sentais pas capable de le faire. Etait-ce une erreur ? Peut-être…

Quelle est l'histoire de cette photo avec EPMD ?
Je devais photographier EPMD pour la couverture de leur album Unfinished Business en 1989. Nous étions censés nous rejoindre à Long Island, vers midi, à cet endroit précisément. Ils sont arrivés en retard. Erick Sermon (à droite, sur la photo, NDLR) devait faire installer de nouvelles jantes sur sa voiture… J'étais très inquiète car je pensais qu'ils ne viendraient pas et le jour commençait à tomber. Les téléphones portables n'existaient pas à l'époque ! Je n'avais rien d'autre à faire qu'attendre et j'en ai profité pour repérer le spot parfait. Lorsqu'ils sont arrivés, je leur ai demandé de se garer à cet endroit : il nous restait quinze minutes pour shooter ! J'étais assez surprise par leur look très proche du pyjama, mais je reste très satisfaite de cette session.


Propos recueillis par François Chevalier