Rayon frais

Musique

par @FrancoisChe

Docu : Blur/Oasis, duel au sommet de la britpop

Docu : Blur/Oasis, duel au sommet de la britpop

Cet été, Arte poursuit son exploration musicale des années 90 avec un savoureux 52 minutes sur le clash historique entre les deux groupes de rock anglais qui ont marqué la décennie. Disponible sur la plateforme de streaming de la chaîne franco-allemande.

Au sortir des années 80 marquées par l'avènement du phénomène acid house à Manchester, le Royaume-Uni cherche à prolonger la fête. A la surprise générale, ce sont les Stone Roses et leur rock psychédélique qui prendront le relais le temps d'un premier album éponyme (publié en 1989) qui va influencer un courant musical qui, à cette époque, n'a pas encore trouvé son nom : la britpop. A partir de là, les successeurs potentiels se nomment Suede, Pulp, Elastica, Sleeper... C'est le point de départ de ce documentaire qui a le mérite de synthétiser la période. Entre les images d'archives, producteurs, directeurs de label et journalistes se succèdent pour ponctuer le film d'anecdotes plus ou moins croustillantes.

Si au départ, Brett Anderson et Ian Brown - dont Liam Gallagher pompera la coupe de cheveux - sont les figures de proue, les deux groupes le plus souvent associés à la britpop sont immanquablement Blur et Oasis. D'un côté, les fils de bonne famille originaires de Londres qu'incarnent Damon Albarn et son groupe, de l'autre, les frères Gallagher, une bande de rejetons en provenance des quartiers populaires de Manchester. La presse britannique, le NME en tête, a vite fait de créer une rivalité. Et comme Oasis ambitionne de devenir « le plus grand groupe du monde » en écrasant la concurrence, ça tombe plutôt bien.
Point d'orgue de ce duel au sommet des charts : la sortie concomitante des singles respectifs des deux groupes, le 14 août 1995. Le résultat ? 270 000 exemplaires écoulés pour Country House dès la première semaine contre 220 000 pour Roll With It. Les noms d'oiseaux fusent - Noel Gallagher ira jusqu'à souhaiter aux mecs de Blur de « crever du Sida » mais les Mancuniens perdent une bataille, pas « la guerre ». Avec Morning Glory, Oasis va affoler les compteurs et assouvir sa soif de stade. L'état de grâce pour les frères Gallagher prend fin en 1997 avec la sortie de Be Here Now, un album surproduit, creux et sans intérêt. Sur la durée, c'est sans aucun doute Blur qui détient la discographie la plus pertinente. Et les choix de carrières de Damon Albarn (avec Gorillaz notamment), voire de Graham Coxon en solo, sont également plus subtils.
Pour autant, le match entre Blur et Oasis a sa place au panthéon des grands duels musicaux, sur le modèle Michael Jackson/Prince, Beatles/Rolling Stones...

Le documentaire diffusé sur Arte

A LIRE AUSSI
Docu : pourquoi le dancehall cartonne au Japon
Docu : l'histoire de la techno (pour les nuls)

Texte par François Chevalier