Rayon frais

Ride

par @FrancoisChe

A Bordeaux, un type fauche un antivol Supreme… sans le vélo qui va avec !

A Bordeaux, un type fauche un antivol Supreme… sans le vélo qui va avec !

Voilà une histoire pas banale qui va renforcer la légende de la célèbre marque de streetwear fondée par James Jebbia en 1994. Et confirmer que le monde va mal.

Comment évaluer la puissance d'une marque autrement que par son chiffre d'affaires ? En observant le comportement parfois étrange de ses consommateurs. Certains signaux ne trompent pas. Au début du mois, un internaute achetait une sauce MC Do périmée depuis 19 ans au tarif de 14 700 dollars. Cette fois, un mec a peut-être fait encore plus fort : piquer un antivol sans se soucier du vélo.

Après avoir inventé le concept de « frustration positive » cher à Pascal Monfort, Supreme bénéficie aujourd'hui d'une force marketing sans équivalent. Au point de pouvoir déposer son logo sur n'importe quel objet tout en suscitant de l'envie (cendrier, pied de biche, nunchaku, matelas gonflable…).

Un Bordelais a fait les frais de cette frénésie qui ne fait pas le bonheur de tout le monde. Jeudi dernier, Rémy Teruel, patron du Rayon Frais, terminait tranquillement sa journée de travail lorsqu'il s'est rendu compte avec stupéfaction qu'on lui avait dérobé son antivol Supreme, réalisé en collaboration avec Kryptonite (vendu à partir de 170 euros sur ebay, soit plus de trois fois le prix du produit initial non brandé). En temps normal, les faucheurs embarquent le vélo… sans l'antivol. Mais cette fois, c'est l'inverse qui s'est produit ! Le voleur n'a même pas voulu s'embarrasser du deux roues flambant neuf (de type hollandais) et l'a laissé à l'endroit même où il était attaché. L'antivol a été littéralement scié et le cadre légèrement endommagé.

« Ils ont volé un objet a 100 balles sans se préoccuper du vélo qui en vaut… huit fois plus »

Rémy Téruel n'a pu que constater les dégâts… « J'étais évidemment soulagé que le vélo soit toujours là. C'est quand même dingue de voir que les kids sont tellement scotchés par Supreme qu'ils ont volé un objet a 100 balles sans se préoccuper du vélo qui en vaut… huit fois plus. Il est fort ce James Jebbia ! » Une preuve supplémentaire que Supreme n'est définitivement pas une marque comme les autres…

Texte par François Chevalier