Rayon frais

Sport

par @FrancoisChe

Horrible ! Le Top 5 des shoots les plus moches de l'histoire de la NBA

Horrible ! Le Top 5 des shoots les plus moches de l'histoire de la NBA

Des mécanique de tirs — shooting forms en VO — à ne surtout pas montrer dans les école de basket.

La NBA a hébergé des tireurs d'élite comme Larry Bird, Drazen Petrovic, Reggie Miller, Pedrag Stojakovic, Ray Allen… Aujourd'hui, Stephen Curry a repris le flambeau et peut « armer » à 9 mètres sans forcer. Ces joueurs sont capables de trouver la cible les yeux fermés, à la recherche de l'équation parfaite (Le club des « 50-40-90 »). Mais comment faire carrière quand on a pas de shoot ?

35-30-50 ? Beurk !

Lonzo Ball démontre que l'on peut signer aux Lakers et avoir des responsabilités avec un tir en carton. Non seulement la mécanique est affreuse (Lonzo place ses bras sur le côté gauche) mais en plus ça ne rentre pas. Le fils de l'ingérable Lavar Ball affiche des pourcentages aux tirs catastrophiques : 35% à 2 points, 30% « from dowtown » et 48% aux lancers-francs. D'après cette vidéo accablante, le meneur de jeu serait même en lice pour boucler la pire saison de l'histoire de la NBA en termes d'adresse. Ces chiffres sont d'autant plus préoccupants que le frère aîné de LiAngelo et LaMelo évolue à un poste où traditionnellement les joueurs sont supposés être adroits. Pourtant, le front office de la franchise californienne, Magic en tête, ont tenté le pari. On se souvient de la fameuse tirade de Kobe sur les lacunes de la formation des jeunes basketteurs américains… Le cas Lonzo Ball est l'occasion de se pencher sur quelques uns de spires shooteurs de l'histoire de la NBA.

Le plus ignoble : Joakim Noah

« Don't try this at home ! » La mécanique de Jooks est un film d'horreur. En théorie, la main forte sert de viseur quand l'autre stabilise le ballon. Chez l'américano-franco-suédo-camerounais, les bras partent dans deux directions opposées et la rotation de la balle est inversée, avec une courbe très plate. Ce « tir » est une hérésie… D'ailleurs, « l'homme aux 72 millions de dollars » (surnom donné par la presse new-yorkaise) fait régulièrement le bonheur des internautes avec ses airballs. Cette vidéo d'un fan de Boston qui l'imite est un must. N'accablons pas l'ex-pivot des Bulls actuellement dans une situation difficile… Par miracle, Noah assure un pourcentage honnête en carrière (49% à 2 points et même 70% aux lancers-francs)… grâce à ses dunks.

Le plus paresseux : Shaq

C'est l'un des grands regrets de la carrière du Big Shaq Daddy : sa maladresse chronique aux lancers-francs. La faute à un tir à une main qui ne ressemblait à rien (pour rester poli), même si avec le temps il avait développé un petit hook shot efficace à 3 mètres de l'arceau. Avec plus de rigueur à l'entraînement et un travail spécifique, le gros cactus (28 596 points en 1207 matchs) aurait sans doute pu intégrer le trés select club des 30 000 points (James, Nowitzki, Jordan, Bryant, Chamberlain et Abdul-Jabbar). Durant sa carrière, le numéro 34 des Lakers a shooté 11252 lancers francs. Il en a converti seulement 5935 soit… 52,7% de réussite.

Le contre exemple : Shawn Marion

Il y a deux catégories de shoot moche : celui qui rentre et celui qui ne rentre pas. The Matrix appartient au premier groupe, comme Kevin Martin. Marion est la preuve vivante que l'on jouer 16 saisons au plus haut niveau (1163 matches) avec un shoot dégueulasse. 48,4% de réussit en carrière toute de même, pas mal pour un ailier.

Le plus atroce : Michael Kidd-Gilchrist

Comment peut-on prendre des cours avec l'un des meilleurs shooteurs de l'histoire (Mark Price) et conserver ce rituel atroce (appuis décalés, corps perpendiculaire au panier et gestes désarticulés) ? MKG est un mystère. Plus tard, son cas sera étudié par des scientifiques.

Mentions : Ronnie Brewer, Earl Watson, Elfrid Payton, Rudy Gobert, Bill Cartwright, Chuck Hayes…

Texte par François Chevalier