Rayon frais

Culture Web

par Flamen Keuj

MTV Cribs : on a classé les meilleurs épisodes, de Ja Rule à Naomi Campbell

MTV Cribs : on a classé les meilleurs épisodes, de Ja Rule à Naomi Campbell

Notre journaliste a profité du confinement pour se replonger dans la meilleure émission de téléréalité des années 2000. Un programme complètement hors-sol où artistes, mannequins, sportifs… dévoilent l'intérieur de leur villa 6XL. Entre luxe délirant, capitalisme décomplexé et parfois même roublardise, n'est-ce pas Ja Rule ? Une certaine idée du rêve américain en dix épisodes.

Déconfinement J moins un. Après la douzième insomnie depuis mi-mars, je passe la journée à me subir. Il est 18h et je n’ai pas réussi à trouver la motivation pour passer du pyjama au jogging. En position horizontale sur mon pucier, je scrolle à la recherche d’un contenu un brin stimulant. Passées les compilations de Mike Tyson déjà poncées jusqu’à l’os, mon œil fatigué s’arrête sur la tête de SCH dans le programme Make Home Great Again de Konbini. Téléphone en main depuis son canapé, le rappeur marseillais décrit son quotidien confiné. Il raconte qu’il s’est acheté une tronçonneuse et une élagueuse pour « faire un beau jardin. » Un jardin que nous ne verrons pas. Pendant les cinq grosses minutes du live, SCH laisse entrevoir un bout de son salon et son bureau aménagé en studio. C’est la limite de ce genre de vidéos. Le spectateur doit se contenter d’un aperçu, pas d’un tour du propriétaire.

Comment faire pour avoir son quota de (grands) espaces intérieurs dans cette période de repli ? La solution se conjugue au passé et se nomme Cribs. Diffusée sur MTV entre 2000 et 2007 puis relancée ensuite avec moins de succès, cette émission de téléréalité proposait une visite guidée des demeures de différentes personnalités du showbiz. En une dizaine de saisons, plus de 200 artistes, acteurs et sportifs ont ainsi ouvert leurs portes aux caméras de la chaine hip-hop and r&b, offrant un condensé de la réussite à l’américaine : folie des grandeurs, mauvais goût et ostentation. Retour sur dix épisodes marquants qui ont contribués à faire de Ma maison de Star une référence dans le domaine de la téléréalité.

WU TANG CLAN (Los Angeles)

Pourquoi regarder cet épisode ? RZA en visière jaune montre ses toilettes « Booty water » et ses DVD variés, Busta Rhymes qui s’invite pour un freestyle, Method Man défoncé sur le canapé et un Raekwon d’anthologie. Crème glacée en main et claquettes chaussettes aux pieds, il effectue un passage furtif sur le tapis de course avant d’expliquer l’importance d’avoir des fleurs sur sa table de chevet. Pour finir en beauté, GZA (à moins que ça ne soit Cappadonna ?) réalise un gap très serré de la piscine.

BAM MARGERA (West Chester, Pennsylvanie)

Pourquoi regarder cet épisode ? Parce que Bam Margera est l’égal de son personnage dans Jackass, le mythique programme de MTV que Michaël Youn a pompé pour lancer sa carrière. Au menu : cascade dans l’escalier, bagarre avec le paternel, présentation du pote payé pour se bourrer la gueule et prendre des tartes, visite de la chambre avec les taies d’oreiller de la marque Element et petit run entre les deux modules au sous-sol.

DESTINY’S CHILD (Houston)

Pourquoi regarder cet épisode ? Pour se rappeler qu’avant de diriger le monde, Beyonce était cette ado en top Las Vegas qui commandait à manger chez Popeyes, appréciait la déco indienne bien chargée (merci pour le ralenti sur la chute dans les coussins) et n’hésitait pas à faire la blague de la dentition crado avec ses copines. D’elles, on découvre que Kelly Rowland kiffe Eddie Murphy et que Michelle Williams ne vivait pas chez les Knowles. L’ostracisme, dès le départ.

MISSY ELLIOTT (Virginia Beach)

Pourquoi regarder cet épisode ? Pour le concentré d’opulence. Vêtue d’un ensemble jean-veste pour le moins fleuri, Missy fait visiter le 25 pièces qu’elle partage avec sa mère. L’œil expert saura distinguer le bureau digne de la maison blanche, la salle de restaurant avec piano, la piscine intérieure entourée de statues grecques, l’ascenseur pour grimper à la salle de cinéma, la passion pour Denzel Washington et le plateau télé avec bible intégrée. Prends ça l’Abbé Pierre.

REDMAN (Staten Island)

Pourquoi voir cet épisode ? Vous êtes face au GOAT de l’émission, qu’MTV a eu la bonne idée de remettre sur sa chaine You Tube le 1er mai. Le côté mythique de l’épisode tient au fait qu’il s’agit d’un anti-cribs. Surface réduite, repassage à même le sol où dort un cousin, poisson pané dans le congélo, porte d’entrée défoncée, rangement anarchique, hygiène douteuse, Redman vit comme un étudiant en socio de Rennes 2.

JA RULE (Miami)

Pourquoi regarder cet épisode ? Car c’est celui du mensonge. Au lieu de faire visiter sa véritable baraque, Ja Rule avait préféré louer un palace à Miami pendant un week-end en demandant aux caméras de Cribs de rappliquer. Après une brève visite des lieux, l’épisode part en énorme teuf dans le jardin. Sont entre autres présents Michelle Rodriguez, Vin Diesel, Redman, Ludacris et même Jay-Z, arrivé en yatch. Trois ans après le tournage, la propriétaire des lieux porta plainte contre le rappeur et son label Murder Inc suite à diverses dégradations.

NAOMI CAMPBELL (Oracabessa, Jamaïque)

Pourquoi regarder cet épisode ? Pour rager devant ce décor paradisiaque alors que rien ne nous garantit qu’on pourra profiter des plages cet été. En soit, cet épisode n’a rien d’exceptionnel si ce n’est la visite du frigo. Exception faite d’un pauvre concombre, il n’y a rien à manger. Que du liquide ou presque pour le top britannique qui prend le temps d’enfiler un haut de maillot de bain avant de filer à la plage en bateau taxi.

RASHEED WALLACE (Portland)

Pourquoi regarder cet épisode ? On aurait pu choisir un autre basketteur, comme Baron Davis ou Carmelo Anthony, sauf que le Sheed reste le Sheed, aussi taquin à la maison que sur les parquets. On retiendra le mini escalier au pied du lit conjugal, la baignoire grand format, l’urinoir dans la salle de bain et la salle de jeux au sous-sol. En sus, Rasheed dévoile un côté écolo, à 50%. S’il roule en gros 4X4, il laisse la pluie se charger du nettoyage de l’extérieur de ses caisses. L’eau lave mais l’argent rend propre comme dirait Lalcko.

Lien pour regarder l'épisode

FAT JOE (Paramus, New Jersey)

Pourquoi regarder cet épisode ? Car tout y est. Le gros Joe reçoit en compagnie de Fat Busy, qui n’a pas l’air très occupé. On retiendra notamment le chef perso avec la table à manger bien garnie, la salle de sport et ses machines comme neuves, le DVD de Braveheart pour « étudier l’art de la guerre », le TS de Terror Squad au mur (Le même rouge que Fauve ?) et la collection de sneakers. Ça valait bien un coup de langue sur les Jordan 7 millésime Barcelone 92.

MARK THE UGLY (France)

Pourquoi regarder cet épisode ? Car on ne pouvait pas finir sans une star hexagonale. Le joueur de mandoline, le crush sous la couette, le maillot de la Juventus recouvert d’un peignoir, le crossover Hatem Ben Arfa Philippe Quintais sur le terrain de pétanque, le Didgeridoo au mur du salon, le soulagement de vessie dans la forêt, l’abonnement Télé 7 jours, c’est un sans faute pour le U.