Revues

Tahiti 80 :
« On souffre du syndrome Big In Japan »

Tahiti 80

En juin dernier, Xavier Boyer aka Axe Riverboy publiait son projet solo, Tutu to Tango, un très beau disque de sunshine pop intemporelle teinté de sonorités sixties. Un juste équilibre entre rétro et moderne, comme si l’espace d’un disque, Brian Wilson se déguisait en Sufjan Stevens ou Conor Daisy pour nous donner le Smile. Une plongée en apnée dans l’univers musical d’Axe, en vacance de son groupe Tahiti 80.

Consulter la revue...

Adeline Affre :
“Don’t Believe The Hype”

Adeline Affre

Telle est la devise d’Adeline Affre, jeune créatrice de bijoux d’à peine 23 ans, 1m63 d’énergie pure, une langue bien pendue et des idées en flux continu. Son travail ne s’inscrit pas dans une mouvance, son inspiration est simplement guidée par son feeling, ses envies et ses proches.

Consulter la revue...

Electroluxe Family :
« On a composé “Rock That Shit” en trois jours »

Electroluxe Family

Remarqués en 2005 grâce à leur excellent maxi Acid Attraction, un hit confidentiel mais apprécié par de nombreuses pointures du Djing, Thomas Andersson et Vicarious Bliss en tête, Electroluxe Family compte bien exporter ses beats et ses tracks tubesques en dehors des frontières toulousaines. Un processus amorcé dès l’année dernière avec la création de leur propre label, Quatre Records.

Consulter la revue...

Greg Frite :
« J'ai toujours aimé l'improvisation »

Greg Frite

Les opposés s'attirent. Antoine Smith et Greg Frite proviennent d'horizons totalement différents. Un réalisateur de formation classique passionné de hip hop qui rencontre un membre influent du rap français indépendant, le cocktail est explosif. Ils jouent donc à fond la carte de la complémentarité, et ça marche !

Consulter la revue...

TEZ :
« J'utilise ma voix comme un instrument »

TEZ

Peu de chances de croiser Tez chez Paul Beuscher*1, son seul instrument, c’est sa voix, et avec elle, il sait tout faire. Tez est Humanbeatboxer, pour vous servir, révélé lors des 25 ans de Radio Nova, en novembre dernier au Grand Palais. Il a retourné les Nuits zébrées, grâce à ses beats & breaks 100% Bio. Depuis, son actualité n’a cessé de se densifier, pourvu qu’il ne soit pas enrhumé.

Consulter la revue...

Jason Lytle :
« Le split de Grandaddy était inévitable »

Jason Lytle

Nous sommes fin janvier 2006. L'info tombe, tel un coup de massue. Grandaddy n'existe plus. Jason Lytle ne supporte plus la pression qui consiste à porter un groupe entier sur ses frêles épaules depuis sa création en 1992, lorsque cinq barbus influencés par Electric Light Orchestra et les claviers de Philipp Glass ont eu l'ambition de devenir les Beach Boys de l'indie rock et non une pâle copie de ZZ Top.

Consulter la revue...

Spoek Mathambo :
The Mshini Wam Interview

Spoek Mathambo

Spoek Mathambo, après le premier trip aux US, on l’a baptisé le Lil Wayne Sud-Africain. Des tracks enregistrés en one shot, des rimes écrites en 20mn, et un bon flow sale… Son côté nasty ressort à grand coup de mitraillette vocale, le rappeur de Sweat.X s’est affirmé, a pris en maturité et garde toujours la même pêche dingue sur scène.
Mais Spoek c’est aussi un nouveau projet, son premier album solo, écrit et produit avant tout pour du live.

Consulter la revue...

Chromeo :
Back in Business

Chromeo

Un album tous les trois ans, c'est la norme. Après She's in Control (2004) et Fancy Footwork (2007), Chromeo, l'un des groupes les plus excitants de cette dernière décennie, est de retour avec un troisième LP studio : Business Casual.
Quelques infos sur la couleur de scud avaient filtré avec la mise en ligne des clips de Night by Night, Hot Mess et Don't Turn the Lights On.

Consulter la revue...

Hudson Mohawke :
Bread & Butter

Hudson Mohawke

Capuche sur la tête, position affalée et regard baissé, une rencontre avec Hudson Mohawke peut au premier abord laisser perplexe… L’écurie Warp aurait-elle déniché son nouveau poulain en se postant à la la sortie des écoles (d'ingénieur) ?

Consulter la revue...

Antoine Durand :
Sorti du rang

Antoine Durand

Photographe décalé, membre fondateur du Garage Paris, Antoine Durand parcourt spontanément le terrain à l'affût du vrai sous tous ses aspects même les plus morbides. Reportage, paysages, photos chinées, ce bubar relax cadre son idée de la réalité : l'éphémère des conditions humaines, des revendications sociales, des fêtes foraines ou des enseignes commerciales immortalisé dans un parfum de lèchefrite et publié en copyleft.

Consulter la revue...