king of grillz

par Schmitto

Yaw, je suis encore à houston texas dans ma tête. Entre le nouvo n° de drugstore http://www.dailymotion.com/relevance/search/drugstore+/video/x9vt9g_drugstore4_music et mon post de hier, mon week-end est screwé. Archive 2. Toujours pour le magazine préféré des motards et des militaires, Newlook, j'avais fais ce papier sur les grillz à mon retour du south. Je vous laisse apprécier la maquette.

Et vlà la story : Mon dentiste a encore du mal a le croire. 50 000 dollars dans les dents. Le top du bijou de bouche. L’intégrale en diamant. Un diamond grill. L’assurance anti embrouille / dépouille est comprise: les nom et prénom de l’heureux propriétaire sont incrustés en diamant bleu dans la face apparente de la prothèse. C’est la dernière tendance de l’élégance buccal made in usa.

Sans les photos de mon ghetto trip aux us, mon dentiste me prenait pour un myto. Mais je vous jure docteur, c‘est populaire dans le sud des états-unis. Les rappers reprennent les codes des pimps ; montrer sa réussite en multipliant les signes extérieur de richesse. Les macs aiment en mettre plein la vue du gogo. “Dress to impress”. Pour les premiers balcks américain à avoir réussi financièrement c’était pompe en croco, col en fourrure, et moult putes au bras. Aujourd’hui, la meilleure façon de dire "I'm rich, bitch", c’est d’avoir un sourire en diamant. Plus ca brille, plus tu pèses de pez. Au “let me see that string” des garçons, les filles répondent “let me see that grill”. La ghetto équation est simple; dans grill ya girl, et du coup tous le monde veut une bouche étincelante. Si tu veux pecho, faut que ca shine dady.

Regardez docteur, j’étais à houston texas, en plein dirty south. La bas, tu t'achètes un nouveau grill comme une nouvelle paire de basket. C'est la ville du "king of grillz" Paul Wall. Le mec a un double biz : rapper et bijoutier. Top pratique. Ses morceaux font office de catalogue de vente pour ses dernières créations.

Il raconte dans ses raps que sa bouche ressemble a une boule a facette, qu’il change de grill tous les jours. L’an dernier, associé au raper nelly, il a squaté le top single us pendant plusieurs semaines avec le morceau “grillz”. Le message était bien cash ”Braque ta bijouterie et dis leur de te faire un grill”. Plutôt marrant lorsqu’on sait que Paul Wall fournit le ghotta du ghetto et tout ce que mtv compte de rap stars.

Depuis 10 ans, il fait son business avec tv jonny, un immigré vietnamien parlant moins bien l’anglais que ma ptite cousine de 3 ans. Leur succes story, c’est l’histoire d’un joaillier qui avait besoin d’un vrp, d’un gars pour reprezent ses bijoux bling bling dans les ghetto de houston. Encore tout kid, fan et familier de la scène hip hop locale, le pti paul a commencé par distribué des flyers publicitaire pour la bijouterie de johnny. Fasciné par tout ce qui brille, il a rapidement appris a faire des empruntes de bouches, des moules, a fondre l’or... à fabriquer des grills.

Du sur mesure. La technique emprunte beaucoup a celle des orthodontistes. Mon dentiste en a d’ailleurs encore mal aux dents. Il m'explique que le port prolongé d"un grillz, c'est irritation des gencives et fête aux bactéries assurée. Elles se développent sur les restes de nourriture coincés entre les diamants. Imagine le bad au pays des gros mangeur de poulet frit. Double bad, lorsqu'on sait que pour beaucoup les grills permettent de cacher des chicos cassés, de vilaines caries, ou des dents absentes. Au fait docteur, ce plombage a remplacer, ce sera en "blue diamond" please.