Revues

Joachim Romain : Urban Typo

En juillet dernier, Hardcore Session était partenaire de l’édition Kosmopolite 2007. A cette occasion, la marque a proposé à plusieurs photographes urbains de couvrir cet événement, dont Joachim Romain, originaire du Havre et passionné de typographie.

Depuis une décennie, Joachim arpente les rues à la recherche des petits défauts, liés à l’usure du temps qui passe, au télescopage des matières dans l’espace urbain. L’essentiel de son travail consiste à capturer ces rencontres entre l’ancien et le moderne et là, ça devient plus compliqué car la ville est un terrain de jeu gigantesque. Très tôt, Joachim s’intéresse aux signatures typographiques, sans être spécialisé dans la street culture, il s’initie au graffiti. Il devient sans le savoir un véritable témoin de la discipline.
Cette passion pour la photo, il la doit d’abord à son père, qui lui a transmis le virus, à l’âge ou on fait sa crise d’ado.

"J’aime modifier la vision des gens et leur fournir un degré de lecture alternatif des évènements."

« J’ai baigné dedans dans le sens ou mon père a toujours fait de la photo, il m’a donné mon premier appareil à 15 ans. J’ai arrêté un temps car je ne trouvais pas mon délire. Ca fait environ 8 ans que j’ai réellement commencé ce que j’aime, à savoir ce travail autour de l’usure urbaine, j’aI trouvé mon cadre. »
Joachim est rapidement attiré par l’univers urbain. Sa ville d’origine n’est pas innocente dans cette orientation, résolument industrielle. Dans le même temps, il capture des lettrages et débute son étude typographique. Le jeune havrais adopte une démarche de chercheur, novateur, il se spécialise en environnement citadin.
« J’ai été influencé par ma ville de naissance, Le Havre, très urbaine, industrielle et usée avec son port, sa rouille. J’aime cet environnement. J’ai fait des études de maquettiste et j’ai très vite aimé le travail typographique. Ce que j’ai retrouvé dans le graffiti au départ, ou je prenais des photos de lettrage. Ensuite ça m’a posé un problème car je capturais le travail de quelqu’un d’autre. J’ai évolué et je suis revenu à de la typographie pure, dans la recherche. Je travaille beaucoup sur les choses vieillies, abîmées. »

Joachim multiplie les shootings, les projets, les reconnaissances, à la recherche du spot ultime. Cette volonté d’évoluer en milieu urbain et de capturer les caprices du temps exige une discipline spécifique. Son goût prononcé pour le voyage lui permet de découvrir de nouveaux horizons. Il ne se fixe pas de limites géographiques et envisage même d’explorer l’espace rural.

"J’ai été influencé par ma ville de naissance, Le Havre, très urbaine, industrielle et usée avec son port, sa rouille. J’aime cet environnement. J’ai fait des études de maquettiste et j’ai très vite aimé le travail typographique."

« Il n’y a pas de règles, je marche beaucoup. Je cherche avant tout les quartiers usés comme Stalingrad. J’essaye également de voyager, pour trouver des matières nouvelles, je suis allé à Sarajevo. Le mois dernier, j’étais à Berlin ou il se passe beaucoup de choses au niveau du collage, de l’affichage. Naples est également une ville passionnante. Je vais sûrement me rendre dans les campagnes, à la recherche de vieilles usines, ça fait partie des projets pour l’année prochaine, d’explorer le Nord-Est de la France. »

Les clichés s’amoncèlent et la nécessité d’un support pour exposer ses clichés s’impose. Joachim structure son site internet comme une passerelle, un lien entre son travail de photographe et le regard des passants. Pour Kosmo, Joachim adopte une démarche spécifique, il se focalise sur le détail et offre sa définition du festival Kosmopolite. « J’adore exposer, j’aime collaborer avec un scénographe pour mettre en valeur mon travail grâce au jeu des lumières. Pour Kosmo, je n’ai pas travaillé sur le portrait mais plutôt sur le détail, la capture d’une bombe qui traîne par terre, les nouvelles teintures, les formes, c’est ce qui me branche. J’aime modifier la vision des gens et leur fournir un degré de lecture alternatif des évènements. »

Auteur : @FrancoisChe
Photos : Droits Réservés

urbantypo.com kosmopolite.com hardcore-session.com